AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Alexia M. Evans, l'admin qui finira par vous mordre =P

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexia M. Evans
Admin
Alexia M. Evans

Messages : 29
Date d'inscription : 15/01/2010
Coté coeur : Côté quoi ???
Emploi : Pirate informatique spécialisée dans les transferts de fonds ...
Camp : Mutants indépendants

Feuille de personnage
Surnom: Ame, Techno-girl
Pouvoirs:
Relations:

Alexia M. Evans, l'admin qui finira par vous mordre =P Empty
MessageSujet: Alexia M. Evans, l'admin qui finira par vous mordre =P   Alexia M. Evans, l'admin qui finira par vous mordre =P Icon_minitimeSam 30 Jan - 13:32

    ______Alexia M. Evans______

    Alexia M. Evans, l'admin qui finira par vous mordre =P Avjessicaalbachb4
    Feat Jessica Alba
    ¤Nom/Prénom(s):Alexia Mary Evans
    ¤Age: 26 ans
    ¤Surnom: Ame, Techno-girl
    ¤Camp: Mutants indépendants
    ¤Emploi: Pirate informatique
    ¤Pouvoirs: Technopathe
    Alexia peut contrôler n'importe quel ordinateur ou objet électronique.
    ______Histoire______
    Le commencement

Alexia avait une petite vie bien tranquille, sans histoire. Elle vivait chez ses parents, discutait avec ses copines avait de bonnes notes à l'école ... Bref une vie bien banale, jusqu'à ce fameux jour, en cours de maths, où elle n'arrivait pas à faire la figure géométrique que le prof leur avait demandé de faire sur l'ordinateur.

Elle savait pourtant que ce n’est pas bien difficile, mais il semblait que l’ordinateur en question était doué de pensée et refusait obstinément de travailler comme elle le voulait. Enervée, elle claqua sa main sur la tour du PC et, oh miracle ! Le triangle équilatéral demandé se dessina sur l’écran sans qu’elle n’ait touché ni au clavier, ni à la souris. Elle retira prestement sa main, puis la remis avec plus de prudence. Elle dessina ainsi une droite, un cercle, une étoile et toutes les figures que le professeur demandait. Rentrant chez elle, elle essaya de comprendre. Elle réussit à allumer son ordinateur de cette façon, mais son père rentra dans sa chambre à ce moment là. Il lui demanda comment elle avait fait et Ame lui répondit qu’elle n’en savait rien. Avec une expression qu’elle n’arrivait pas à déchiffrer, il lui demanda de recommencer. Elle posa sa main sur la tour de l’ordinateur et l’éteignit. Son père ouvrit alors des yeux exorbités, et commença à lui hurler dessus, la traitant de monstre et lui lançant un chapelet d’obscénités et d’injures, suivit d’un « Ta mère n’aurait pas voulut que tu deviennes ça ».Sa mère ne l’avait jamais traitée de monstre. Elle était morte quatre mois plus tôt, emportée d’un cancer généralisé, mais elle avait toujours été extrêmement gentille avec sa fille. C’était une mère en or. Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase.

Elle se mit à pleurer, comme une gamine, suppliant son père de la pardonner de ce déshonneur et lui promettant de ne jamais recommencer. Avec une moue de dédain, il se contenta de dire « Le mal est fait. » avant de refermer sèchement la porte. Totalement désemparée, Alexia s’assit sur son lit et n’en bougea pas de toute la soirée, trop peureuse de croiser à nouveau le regard accusateur de son père. Le lendemain elle descendit quand même dans le salon pour aller en cours. Elle entendit que la télé était allumée, et vit son père complètement absorbé par l’émission qu’il regardait. Elle lui lança un vague
« bonne journée » qui fut suivit d’un lourd silence puis s’en alla. Lorsqu’elle rentra le soir même, son père était toujours dans la même position devant la télévision. Ce petit jeu de cache-cache dura une semaine. Le vendredi soir, excédée par l’attitude de son père qui agissait comme si elle n’existait pas, Alexia explosa de rage. Elle lui hurla de l’écouter, qu’elle en avait marre de se cacher et de ne plus avoir de relations avec son propre père, qu’elle n’avait pas choisi d’être comme ça mais qu’elle ne s’abaisserait pas à des excuses. Non, elle en avait assez de devoir toujours garder la tête basse, faire toujours attention à ne jamais toucher un appareil électronique. D’ailleurs, comment était-il seulement possible de ne rien toucher d’électronique de toute sa vie dans la société actuelle ? Et puis, pourquoi ne la regardait-il pas quand elle parlait ? Une conversation chez des personnes civilisées ça se passe à deux jusqu’à preuve du contraire. Il n’allait quand même pas lui faire la tête jusqu’à la fin de ses jours tout de même ! Elle ne pouvait pas changer ce qu’elle était, et lui non plus n’y pouvait rien d’ailleurs. Le téléviseur s’éteignit . Son père se leva et la regarda droit dans les yeux. Ce simple regard, dénué de toute émotion, laissa Alexia bouche bée.
« Mademoiselle, je ne sais pas ce que vous faites chez moi. Je ne sais pas non plus de quoi vous me parlez. Je n’ai pas de fille. Veuillez sortir maintenant. »
Estomaquée, elle sortit de la maison en claquant la porte. Ce fut les derniers mots que son père lui adressa.
    La descente

Elle se mit alors à marcher dans la nuit, ressassant sans cesse se qui venait de se passer. Comment son père pouvait-il lui faire subir ça ? Comment pouvait-il nier purement et simplement l’existence de sa propre fille ? Comment un être humain pouvait-il arrêter d’aimer une personne de son propre sang à cause du hasard qui avait fait d’elle une mutante ? Elle revoyait sans cesse les yeux de son père lui affirmant qu’elle n’existait pas. Elle était tellement triste qu’il ne l’accepte pas comme elle était. Puis il y eut la colère. Son père avait tort. Elle existait bel et bien. C’était lui qui était à l’origine de tout, à l’origine de son malheur, de son départ de la maison familiale, du froid et du vent qui la transperçaient et de la faim qui la tenaillait. Une rage intense s’insinua en elle, tellement forte que les réverbères au-dessus d’elle et sur une bonne partie de la rue se mirent à clignoter fortement. C’est ce soir là qu’elle rencontra John Teller. Il n’avait pas peur des réverbères qui clignotaient. Il ne savait d’ailleurs surement pas que c’était la jeune fille en face de lui qui était à l’origine de tout cela. Il lui demanda ce qu’elle faisait là, toute seule dehors en pleine nuit. Elle ne lui répondit tout d’abord pas, puis il lui proposa un toit et de quoi manger, au moins pour cette nuit. Elle accepta, elle n’avait nulle part où aller et son ventre criait famine depuis plusieurs heures maintenant. Il la logea comme une reine cette nuit là, puis toute la semaine lorsqu’elle lui avoua qu’elle n’avait nulle part où aller. Il lui fit rencontrer ses amis, mais leur influence n’était pas très bénéfique. Très vite elle se mit à fumer. Des cigarettes d’abord, puis peu à peu du cannabis. De plus en plus de cannabis. En un an, elle avait totalement changé. La petite fille timide et sage avait laissé sa place à une jeune dépravée, droguée au shit, à la cocaïne et qui gouttait de temps en temps au LSD, à l’opium et à la morphine. Les drogues allaient et venaient, suivant ce que chacun pouvait se procurer. Pour pouvoir participer aux frais, Alexia avait trouvé des petits boulots pas très recommandables qui lui payaient ses doses et quelques fois les doses de John. Leur petite bande allait bien, jusqu’à ce que personne n’ait plus un centime en poche, y compris Ame. Elle alla alors à un distributeur de billets et réussit à se procurer 20 dollars grâce à son pouvoir. Elle était sans doute un petit peu rouillée. Quand John lui demanda où elle avait trouvé cet argent, elle prétexta une petite réserve secrète qui pourrait subvenir à leurs besoins, au moins à eux deux. Mais le lendemain soir, après quelques bouteilles de rouge, elle lui avoua tout ce qu’elle savait sur l’étendue de ses pouvoirs. Elle avait peur que John le prenne très mal, mais l’alcool délie bien des langues … Le jeune homme ne lui en voulut pas d’avoir caché qu’elle était une mutante. Il ne la traita pas de monstre, il comprenait ses raisons. Pour lui, c’était la même fille que la veille, il voulait même l’aider.
    L'escalade

Ne pouvant pas vraiment faire grand chose sur ses pouvoirs, il lui apprit la concentration et commença à lui interdire certaines drogues. Il lui apprit aussi à se battre à mains nues et avec un couteau, argumentant sur le fait qu’une fille aussi frêle qu’elle, même avec tous les ordinateurs du monde, ne pourrait rien contre une bande de motards ou de policiers. Elle comprenait très bien ce qu’il voulait dire : deux jours plus tôt elle avait faillit subir une embrouille de ce genre dans une petite ruelle de Manhattan. Heureusement, John était avec elle et il avait tenu les agresseurs à distance. Elle commença donc à s’entrainer. Un an après, elle était parvenue à arrêter toutes les drogues qu’elle prenait auparavant et à limiter sa consommation de cannabis. Elle avait pratiquement atteint le potentiel maximal de ses pouvoirs et arrivait même à mettre John à terre lors de leurs entrainements. Le lendemain, elle discuta avec lui, lui demanda pourquoi il faisait tout ça pour elle. Il lui répondit qu’il l’aimait, tout simplement, et qu’il avait un projet pour eux. Il lui exposa alors son plan : le plus grand casse du siècle. Le plan paraissait sans faille. Elle entrait dans la banque et faisait la queue comme n’importe quel client. Une fois arrivée au comptoir, elle désamorçait les caméras et les systèmes d’alarme de tout le bâtiment grâce à son pouvoir. John et ses amis entraient à ce moment là et, si Alexia avait bien fait son travail, il ne leur restait plus qu’à tirer la porte du coffre et se servir. Puis ils la prendraient comme otage et s’enfuiraient avec elle. Un véritable jeu d’enfant. Pas de traçage possible au niveau informatique et pas d’empreintes. Alexia avait très envie de faire cette mission. Elle parviendrait à faire enfin ses preuves pour de bon en tant que mutante et récolterait sûrement assez d’argent pour subvenir aux besoins de la petite bande pendant un bon moment, ce qui lui épargnerait les petits boulots et la précarité. Deux jours plus tard, ils avaient réuni tout le matériel et synchronisaient leurs montres. Alexia entra dans la banque et lorsque ce fut son tour de passer, tout se passa comme prévu. Les caméra s’éteignirent et les systèmes de sécurité firent de même. Elle devait cependant rester concentrée afin que tout reste en place. La porte du coffre n’était pas déverrouillée quand John arriva, affublé de deux colosses, armes aux poings tous les trois. Avec un effort supplémentaire, elle réussi à ouvrir le coffre. John se précipita avec ses acolytes et ils remplirent leurs sacs de billets. Ils sortirent du coffre, mais à ce moment là, le vigile qui était à côté d’eux voulut faire ce pourquoi il était payé et mit John en joue. Le jeune garçon lui décocha un crochet du droit et un coup de crosse sur le crâne. Le pauvre vigile était par terre, à la limite de l’inconscience, et John le visa avec son pistolet. « Non ! John, non ! » lui cria-t-elle. Il la regarda droit dans les yeux et appuya sur la gâchette.
    La chute

Alexia stoppa tout. Les caméras se remirent en route, le coffre se verrouilla à nouveau et les alarmes se remirent à marcher. La police n’allait pas tarder à arriver. John lança un dernier regard à Ame, un regard glacial et dédaigneux à la fois, puis il partit sans rien dire. La jeune fille resta par terre, totalement pétrifiée. Il l’avait laissée tomber. Il était partit sans un mot, sans même la récupérer. Elle était toute seule, encore une fois. Les policiers arrivèrent sur les lieux et les témoins expliquèrent qu’elle était mêlée à toute cette histoire. Elle connaissait le nom des braqueurs, elle en avait même interpelé un. Ils lui mirent donc les menottes et l’embarquèrent dans leur voiture. Elle se laissait faire, elle n’avait plus rien à perdre de toute façon. Sur le chemin menant au commissariat, elle commença à penser à John. Il l’avait abandonnée juste après lui avoir dit qu’il l’aimait. Alors tout ça n’était qu’une façon de l’emmener dans cette banque. Il s’était servit d’elle, juste pour cambrioler une banque et la laisser tomber au moindre faux pas. Mais quelle naïve elle avait été ! Ca ne se passerait pas comme ça ! Elle ne se laisserait pas marcher sur les pieds une fois de plus. Il allait payer pour ce qu’il lui avait fait. Elle sentit en elle la rage de la revanche monter. Elle allait lui montrer qu’elle était capable de lui faire payer son crime. La voiture arrivait à un croisement, elle utilisa son pouvoir pour faire passer tous les feux au vert. Les voitures se rentrèrent toutes dedans et la voiture de police ne fut pas épargnée. Ses deux gardiens à terre, Ame en profita pour s’enfuir. Elle courut jusqu’à un vieil hangar et trouva une pince coupante. Elle se débarrassa de ses menottes et retourna à la planque, où John et ses amis devaient se retrouver. La porte était déjà ouverte. Elle entra comme une furie, retourna tout dans tous les sens, ouvrit tous les placards, toutes les portes qu’elle trouvait, mais rien n’y faisait. Ils étaient tous partit. Poussant un hurlement de rage qui fit clignoter les réverbères de tout le quartier, elle se promit de retrouver John Teller et de lui faire payer pour ce qu’il lui avait fait endurer.
    Survivre

Depuis ce jour, elle est recherchée par la police pour complicité de meurtre. Elle se cache, allant de planques en planques pour ne jamais se faire repérer. Elle se déguise et traine dans les bars dans le but d’entendre parler de John ou de leurs anciens amis. Elle continue quand même de voler des distributeurs et des comptes en banque, il faut bien qu’elle survive et qu’elle paye les informations qu’elle veut obtenir. Elle ne quitte jamais le couteau avec lequel John l’a entraînée. Il est toujours accroché sous sa chaussette et il lui arrive de s’en servir pour faire peur à des personnes trop indiscrètes. Elle retrouvera John Teller, même si pour cela elle doit sacrifier plusieurs vies humaines.


______Caractère______

Etant une fugitive recherchée pour complicité de meurtre, Alexia est devenue très indépendante. Elle est passée maîtresse dans l'art du déguisement et reste un très bon stratège pour mettre au point des casses. Elle sait aussi très bien jouer la comédie si cela peut l'amener à atteindre son but. Elle est très volontaire et n'hésite pas à accepter des missions de personnes plus riches qu'elle si cela peut lui permettre de gagner assez d'argent pour obtenir des renseignements sur John Teller. Elle reste néanmoins très impulsive et part au quart de tour si quelqu'un l'agresse. Elle a du courage à revendre, car il en faut pour pouvoir mener la vie de cache-cache qu'elle mène. Elle est très têtue, puisqu'après plus de sept ans, elle cherche quand même à retrouver la trace de John. Pendant ses recherches, elle a rencontré Gabrielle qui l'a un peu radoucie sur certains aspects de son caractère, mais elle reste une entité forte avec laquelle il vaut mieux ne pas être en désaccord. Malgré tous ses défauts, elle ne peut pas supporter les injustices, et il lui arrive de se mettre entre un bourreau et sa victime si elle estime que la sentence n'est pas méritée. Ce seul aspect de son caractère lui vaut quelques connaissances plutôt positives, de ce fait, elle ne connaît pas uniquement des truands et des chasseurs de primes qui veulent bien l'aider tant que l'argent arrive sur leur compte.


______Physique______

Elle ne le paraît sûrement pas avec sa frêle carrure, mais Alexia est une personne très athlétique qui peut venir à bout de presque n'importe quel humain. Elle porte toujours un couteau sur elle, souvent attaché à sa cheville, pour pouvoir se débrouiller dans n'importe quelle situation. A son grand malheur, elle ne laisse presque personne indifférent, surtout lorsqu'elle va dans des bars où les hommes ont plus l'habitude de leur seule compagnie. Suivant l'heure et le lieu, il lui arrive très souvent de changer de tête : perruques, coupe de cheveux, lunettes, et masques de temps en temps,... tous ces accessoires n'ont plus aucun secret pour elle. Il ne faut évidemment pas qu'elle se fasse repérer par des policiers, sous peine de prison. Au naturel, elle possède des cheveux ondulés bruns qui lui tombent sur les épaules, mais il lui arrive aussi de les lisser ou de les teindre en blond pour certaines occasions. La seule chose qu'elle ne camoufle jamais, c'est le noisette de ses yeux, car elle est persuadée que, si elle se déguise toute entière trop souvent, elle finira par oublier qui elle est.

______Relations______

John Teller : Elle veut sa peau, et elle finira par l'avoir. Mieux vaudrait pour lui qu'il ne la rencontre jamais car une femme animée par la vengeance est capable de tout.

Gabrielle Taylor Feat Angelina Jolie: Depuis que les deux jeunes femmes se sont rencontrées, Alexia a put quelque peu calmer son besoin de vengeance. Elles se sont comprises tout de suite et, bien que Ame ne veule pas mettre Gabrielle au courant de son histoire avec John Teller, les deux filles savent qu'elles peuvent compter l'une sur l'autre.

_________________
Alexia M. Evans, l'admin qui finira par vous mordre =P Banalbajc6lAlexia M. Evans, l'admin qui finira par vous mordre =P Admin110
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.x-men-project.forumactif.org
 
Alexia M. Evans, l'admin qui finira par vous mordre =P
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Evans, Pénélope] La locataire.
» Alexia Martin (Paris)
» HSM - Le jour où les gloussements vainquirent la grande Sharpay Evans - Sharpay/Gabriella - G
» Peter Darvill-Evans
» [Chanson] - Admin est revenue - G

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men Project :: Avant Tout :: Fiches de Présentation :: Présentations Validées-
Sauter vers: